“Il a pris ses distances” : en plein scandale, un musicien de Rammstein brise le silence

« 40.000 personnes qui viennent voir un possible violeur, c’est totalement scandaleux ». C’est ce qu’a déclaré Mathilde Mottet, la secrétaire adjointe des Jeunes socialistes de Suisse. Son association est à l’origine d’une pétition visant à faire interdire les deux concerts de Rammstein prévus ce week-end à Berne. Malgré 7.500 signatures et des manifestations devant le stade Wankdorf, les deux dates ont bel et bien eu lieu comme prévu. Il faut dire que depuis plusieurs semaines, le groupe allemand est sous le coup d’une énorme polémique. Alors lancé dans une grande tournée des stades européens, dont un passage au Stade de France le 22 juillet, le chanteur Till Lindemann a été accusé d’agression sexuelle par une fan. Des faits qui se seraient produits lors d’une fête en marge d’un concert en Lituanie. Sauf que cette prise de parole a déclenché une dizaine de témoignages suite à la publication d’une enquête par les médias allemands, accusant le rockeur allemand d’être au coeur d’un système de prédation sexuelle.

“Les accusations nous ont profondément secoués””Till a créé sa propre bulle”

Si le groupe dit prendre l’affaire très au sérieux, une enquête judiciaire a été lancée et le label Universal a annoncé suspendre la promotion de Rammstein « jusqu’à nouvel ordre ». Aujourd’hui, c’est une nouvelle déclaration qui risque d’ajouter de l’huile sur le feu. Elle est signée Christoph Schneider, le batteur du groupe ! Ce vendredi, le musicien allemand a publié un long texte pour s’expliquer sur cette affaire qui fait tant parler depuis des semaines. « Les accusations de ces dernières semaines nous ont profondément secoués en tant que groupe et à titre personnel » débute-t-il, se disant « sous le choc des choses qui ont été partagées sur les réseaux sociaux et dans la presse à propos de notre chanteur » : « C’est un flux d’émotions pour nous, les membres du groupe et l’équipe ». Christoph Schneider se défend tout d’abord et affirme : « Je ne pense pas qu’il se soit passé quelque chose de criminel ou d’illégal, je n’ai jamais rien vu ou entendu quelque chose de tel de la part de notre équipe de 100 personnes. Tout ce que j’ai entendu des fêtes de Till, ce sont des adultes qui font la fête ensemble. Et pourtant, il semble que certaines choses se sont produites qui, bien que légalement acceptables, ne me paraissent personnellement pas acceptables ». Le tout avant d’affirmer que le chanteur Till Lindemann « a pris ses distances » avec le reste du groupe ces derniers temps : « Il est important de ne pas confondre les fêtes de Till avec nos propres fêtes officielles. (…) [Il] a créé sa propre bulle, avec ses propres personnes, ses propres fêtes, ses propres projets ».

S’il se dit « vraiment triste » du traitement médiatique réservé au groupe, Christoph Schneider dit croire Till Lindemann « quand il nous dit qu’il a toujours voulu et veut donner du bon temps à ses invités » : « La façon dont les invités imaginent ça diffère de ses propres idées. Les souhaits et attentes des femmes qui se sont manifestées n’ont pas été exaucés. Selon leurs déclarations, elles se sentaient mal à l’aise, au bord d’une situation qu’elles ne pouvaient plus contrôler ». S’il rappelle que les personnes conviées à ces fêtes sont « libres de partir » quand elles le souhaitent, le batteur martèle : « Nous voulons que nos invités se sentent à l’aise et en sécurité avec nous. C’est notre standard. Je suis désolé d’entendre que certaines personnes n’ont pas ressenti cela ».

“Nous sommes unis”

« Je ne veux que cette dispute publique à propos de notre groupe nourrisse les extrêmes : ni la bête des réseaux sociaux qui n’a pas encore été apprivoisée par notre société, ni les tendances paternalistes visant à nier la capacité des femmes dans leur vingtaine à prendre des décisions autodéterminées concernant leur sexualité et en aucun cas de blâmer la victime, de sorte que les gens continuent à en parler si quelque chose leur arrivait » conclut-il, souhaitant « une réflexion et un traitement calmes et équilibrés, également au sein de notre groupe ». Dans la nuit de dimanche à lundi, il a posté une photo de deux membres du groupe se tenant la main avec la légende : « Nous sommes unis ».

Théau BERTHELOT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Écoutez Enjoy Station en direct gratuitement et sans limite sur votre mobile.
logo play store logo app store


Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.