Il vend le prochain album de Taylor Swift sur Le Bon Coin : un Français condamné

Les fans de Taylor Swift comptent les jours. Le mois prochain, la célèbre chanteuse américaine reviendra dans les bacs avec “Speak Now (Taylor’s Version)”, la réédition de son troisième album sorti en 2010 dont elle a intégralement réenregistré les chansons, dans le cadre d’un conflit avec son ancienne maison de disques. Pour choyer sa large communauté de passionnés, tous très dévoués, l’interprète de “Lavender Haze” proposera six chansons inédites. « J’adore cet album parce qu’il raconte une fable sur l’idée de grandir, de s’agiter, de voler et de s’écraser… et de vivre pour en parler » indique la popstar, actuellement embarquée dans la tournée mondiale “The Eras Tour”. Seulement voilà : un mois avant sa parution officielle, le nouvel album de Taylor Swift pourrait bien fuiter à cause d’un vol réalisé… en France !

“Des disques sont tombés d’un carton…”

Vendredi 9 juin, un intérimaire de 43 ans, en réinsertion professionnelle, a été jugé pour avoir dérobé 10 exemplaires du prochain album de Taylor Swift dans l’entrepôt de l’entreprise MPO France, situé au Mans (Sarthe), en charge d’imprimer et de presser les disques pour le marché européen. L’auteur des faits les a ensuite mis en vente sur… Le Bon Coin, en espérant tirer profit de l’aura de la superstar américaine. La réédition de “Speak Now”, qui renferme deux duos avec Fall Out Boy et Hayley Williams du groupe Paramore, doit arriver entre les mains du public le 7 juillet prochain seulement, et l’homme voulait profiter de ce délai pour se faire de l’argent sur le dos de la chanteuse. Les deux premiers exemplaires qu’il a commercialisés via le site de petites annonces ont été achetés à 25 euros pièce, mais les suivants ont été réhaussés à 50 euros. Manque de bol pour le malfrat : c’est une responsable des ressources humaines de l’entreprise, s’étant rendu compte du larcin, qui en a racheté un pour démasquer le voleur. L’homme a tenté de s’enfuir par le toit de son domicile lorsque la police est venu procéder à son arrestation !

Deux exemplaires courent dans la nature

Devant le tribunal du Mans, il a expliqué avoir commis ce méfait par opportunisme pour « boucler ses fins de mois », comme le rapporte Ouest-France. « Nous déballions des palettes. Des disques sont tombés d’un carton » a-t-il raconté devant la cour, en évoquant « des problèmes financiers, des dettes » : « Je n’arrivais même pas à me payer à manger le midi. Ma vie est compliquée ». L’homme, déjà condamné à 24 reprises pour vol, dégradations, trafic de stupéfiants, escroquerie et divers délits, a écopé de huit mois de prison ferme. Une prochaine audience fixera le montant du dédommagement qu’il devra verser au fabricant de disques pour atteinte à l’image. « Si demain Universal met fin au contrat, c’est notre avenir qui est compromis. Il y a des emplois et des millions d’euros en jeu » a rappelé l’avocat de MPO France.

Toutefois, l’affaire n’est pas encore terminée pour la maison de disques Universal Music, et pourrait même entrainer « une catastrophe industrielle et commerciale » selon le procureur de la République : deux exemplaires écoulés sur Le Bon Coin n’ont pas été retrouvés, et le risque d’une fuite en ligne plane désormais sur l’interprète de “Karma”. « En créant son petit business, le prévenu a pris le risque de disséminer un contenu culturel protégé » s’alarme le représentant de l’entreprise. Les personnes en possession de ces copies pirates sont priées de les rapporter, puisque leur détention les rend coupables de recel.

Yohann RUELLE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Écoutez Enjoy Station en direct gratuitement et sans limite sur votre mobile.
logo play store logo app store


Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.